Valparaiso : graffiti & co

Valparaiso : graffiti & co

Valparaiso. « Valpo » pour les intimes. Une ville chilienne unique. Au Chili. Et peut être dans le monde (je ne connais pas non plus tout le monde). C’est la deuxième ville du Chili. Et le premier port du pays. Mais ce n’est pas cela qui fait d’elle une ville à part entière.
Valpo, c’est un musée à ciel ouvert. C’est une ville entourée de « cerros » (comprenez « collines ») où vous pourrez monter soit par la route, soit par des escaliers, soit par des ascenseurs. Valpo, c’est aussi une architecture hors du commun. Sortie de nul part. A croire que les mecs de l’époque se sont lâchés dans la conception des maisons, des rues, des escaliers « en veux tu en voilà », et ne parlons pas des couleurs. Si en France certaines lois nous interdisent de peindre nos façades comme nous le souhaiterions, pour une question d’uniformité du quartier, à Valparaiso, la loi, c’est la rue ! Et c’est pas plus mal. C’est beau, unique, coloré. Ca change du gris de nos bonnes vieilles villes !

Autre particularité, et non des moindres : les graffitis. Attention, je parle bien ici de graffitis et non de banals tags faits à la va-vite pour marquer son territoire avec son « blaz » ou son « crew » … Hum. Non je parle bien ici d’Art. D’œuvres. D’où l’appellation de « musée à ciel ouvert ». Le concept est simple. Vous avez une maison. Donc vous avez une façade. A vous de la prêter à un artiste pour vous faire « refaire la façade ». Graffitis, pochoirs, peintures …les photos parleront d’elles-mêmes.

Anecdote de ses deux jours à Valpo (mis à part les centaines de photos shootées). La rencontre avec un Mapuche (qui signifie « peuple de la Terre »). Les Mapuche sont une communauté aborigène du Chili. Ils sont encore presque 600 000 dans le pays. Principalement répartis dans le centre du pays. Ce Mapuche tient un magasin de souvenir dans le centre historique de Valparaiso. Discussion sur son histoire et sa culture, dégustation de maté et en prime : confection d’une bague en cuivre sur mesure. Le genre de moment que l’on n’oublie pas.

« Newen newen peni » m’a-t-il dit en partant.

Laisser un commentaire